COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

MARKHAM, Ontario, 27 janvier 2020 – L’institut canadien de la construction en acier, ses membres et l’industrie canadienne de l’acier sont très déçus et en désaccord de la décision finale annoncée le 24 janvier par le département américain du commerce (DAC) d’imposer des droits antidumping sur l’acier de construction fabriqué au Canada. L’industrie sidérurgique canadienne croit fermement que les calculs des droits annoncés contre le Canada sont illégaux et elle poursuivra activement ses efforts pour corriger cette constatation.

La Commission du commerce international (CCI) des États-Unis entendra le dossier commercial imposé au Canada, Mexique et la Chine le 28 janvier 2020, où elle évaluera les préjudices passés et futurs contre l’industrie nationale. Selon la décision de la CCI, le Canada pourrait devoir payer des droits de 6,7 % sur les exportations d’acier de construction vers les États-Unis.

« Nous demanderons au gouvernement canadien de défendre notre industrie contre toute action commerciale illégale », a déclaré Ed Whalen, président et chef de la direction de l’ICCA. « Il s’agit visiblement d’une mesure visant à empêcher le Canada de participer au marché américain plutôt qu’au commerce illégal. Nous explorerons toutes les voies et dispositions de l’ALENA et de l’OMC pour garantir l’équité du commerce. »

CONTEXTE

Le 4 février 2019, l’American Institute of Steel Construction (AISC) a déposé une pétition visant l’imposition de droits d’antidumping et compensateurs sur l’acier de construction provenant du Canada, Mexique et la Chine. Le Département américain du commerce et la Commission du commerce international des États-Unis ont ensuite poursuivi leur enquête pour établir si l’industrie américaine subissait des préjudices graves ou serait menacée de subir des dommages importants, en provenance de ces trois pays.

Le 4 septembre 2019, le DAC a annoncé qu’il y avait peu ou aucune preuve de dumping aux États-Unis, indiquant que nos exportateurs d’acier canadiens opèrent à une valeur marchande équitable tout en négociant équitablement sur le marché américain. Le Canada fut ensuite évalué à 0,69 pour cent et a été jugé de minimis lors de l’enquête préliminaire antidumping. En conséquence, le Canada s’est vu imposer un taux provisoire de droit nul.

 

À PROPOS DE L’ICCA

L’Institut canadien de la construction en acier (ICCA) est le porte-parole du Canada pour l’industrie de la construction en acier, assurant un leadership en matière de conception durable, de construction, d’efficience, de qualité et d’innovation. Les efforts de l’ICCA visent à promouvoir l’utilisation et les avantages de l’acier, à protéger la part canadienne du marché et à défendre une communauté diversifiée composée de fabricants, de centres de service, de constructeurs, de consultants, de dessinateurs de détails, de fournisseurs de l’industrie, de propriétaires et de promoteurs.

Le secteur canadien de la construction en acier est une industrie dynamique de 5 milliards de dollars qui emploie plus de 130 000 personnes dans sa chaîne d’approvisionnement.

– 30 –

 

Relations avec les médias :

Paul Mikolich
V.-P. Opérations et communications
(905) 604-3231

pmikolich@cisc-icca.ca