Le gouvernement libéral donne 42 milliards de dollars en projets de construction à la Chine aux dépens des canadiens

 

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immediate

 

MARKHAM, Ontario, 20 août 2019 (GLOBE NEWSWIRE) — Le gouvernement fédéral a annoncé le 9 août 2019 qu’il accordera des remises intégrales de droits de douane sur l’acier ouvré et en situation illégale de dumping en provenance de la Chine pour alimenter deux projets de gaz naturel liquéfié (GNL) situés en Colombie-Britannique. Cette récente action avait été annoncée avec l’assurance qu’on « ne permettrait pas que les obstacles au commerce entravent ces investissements historiques du secteur privé ».

Les deux projets en cause sont LNG Canada et Woodfibre LNG, tous deux situés sur la côte de la C.-B. Les partenaires de LNG Canada sont un consortium d’investisseurs dont la Chine. Ces deux projets de GNL seront modulaires, ce qui signifie qu’ils seront construits au moyen de petites pièces expédiables sur lesquelles tout le matériel et les composants auront été préinstallés. Les modules seront assemblés sur place, ce nécessitera très peu de travailleurs de la construction. Essentiellement, ce faisant, le plus important projet de l’histoire du Canada sera confié aux entreprises et aux travailleurs chinois.

« L’annonce a été très décevante, affirme Ed Whalen, président et chef de la direction de l’Institut canadien de la construction en acier (ICCA). Si ces deux projets avaient été réalisés au Canada, ils auraient créé des centaines de milliers d’emplois dans la construction pour tous les métiers à l’échelle du pays. De tels projets emploient des travailleurs qualifiés de partout au Canada et pas seulement dans la région. Il s’agit vraiment d’une erreur à la hauteur de centaines de milliers d’emplois perdus. »

Les droits sur l’acier de construction ouvré ont été imposés par le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE) en vertu de la Loi sur les mesures spéciales d’importation (LMSI) après qu’il ait été démontré que la Chine, la Corée du Sud et l’Espagne faisaient du dumping illégal au Canada. Un appel de la décision du TCCE est actuellement en instance devant la Cour d’appel fédérale.

« Le gouvernement a désigné la LMSI et les décisions du TCCE comme des « obstacles commerciaux » dans son annonce! Que le gouvernement du Canada qualifie son propre processus de commerce équitable d’obstacle au commerce est simplement ahurissant, affirme M. Whalen. Cette déclaration enverra des ondes de choc dans toutes les industries canadiennes qui envisagent de futures dépenses en immobilisations et leur viabilité au Canada. »

L’automne dernier, le gouvernement fédéral a versé 375 millions de dollars en argent des contribuables à LNG Canada pour favoriser la mise en œuvre du projet. Fait intéressant, le droit de douane maximal sur l’acier en provenance de la Chine aurait été de 375 millions de dollars au total.

« Il n’était pas nécessaire pour le gouvernement libéral d’en remettre ainsi avec une remise. Ils ont reçu l’argent des remises de droits l’automne dernier et maintenant ils l’obtiennent une deuxième fois, dit M. Whalen. Le ministre Morneau a également déclaré l’automne dernier que le gouvernement laisserait le processus judiciaire suivre son cours avant de prendre d’autres mesures. La détaxe libérale semble être une manœuvre préventive visant à contourner ou à influencer les tribunaux. »

Les modules sont personnalisés pour chaque projet de construction. Le Canada assemble des modules depuis de nombreuses années dans des projets comme ceux de l’Alberta. L’argument voulant que le Canada ne peut pas ou ne veut pas faire ce travail est faux. La réalité, c’est que les compagnies pétrolières et gazières internationales veulent le coût le plus bas, que le dumping et les subventions illégaux de la Chine permettent d’obtenir ce coût le plus bas, que le gouvernement du Canada offrira le cadre juridique permettant une telle situation, et que les travailleurs canadiens de la construction n’auront plus accès à des projets au Canada.

 

CONTEXTE

Le TCCE a imposé des droits commerciaux à la Chine en juin 2017. Il avait été démontré que la Chine faisait du dumping illégal d’acier ouvré au Canada, jusqu’à concurrence de 48 %, en plus de subventionner illégalement son industrie pour un montant pouvant aller jusqu’à 2 300 $ la tonne métrique. Depuis, un certain nombre d’entreprises de GNL ont demandé des renonciations à l’égard de ces droits afin de mener à bien tout projet connexe en utilisant de l’acier de construction et des modules fabriqués en dumping illégal en Chine.

 

AU SUJET DE L’ICCA

L’Institut canadien de la construction en acier (ICCA) est le porte-parole du Canada pour l’industrie de la construction en acier, assurant un leadership en matière de conception durable, de construction, d’efficience, de qualité et d’innovation.

Le secteur canadien de la construction en acier est une industrie dynamique de 5 milliards de dollars qui emploie plus de 130 000 personnes dans sa chaîne d’approvisionnement.

 

 

 

-30-

 

Relations avec les médias :
Amanda Charlebois
Manager, Marketing and Communications
Canadian Institute of Steel Construction (CISC)
(647) 264-1442
acharlebois@cisc-icca.ca

 

View Press Release

 

Download Press Release

 

 

2020-01-08T16:49:37-04:00août 20th, 2019|